L’éléctricité, un renouveau pour la mobilité courte et longue distance

Alors que l’électricité est à la base un phénomène naturel exprimé depuis des millions d’années notamment dans les orages et les éclairs, ce n’est qu’autour de 1800 que la science a commencé à comprendre et petit à petit domestiquer ce mouvement d’électrons bien mystèrieux à l’origine. C’est ainsi que la première pile électrique a été créée par Volta tandis que les premières lampes électriques, merci Edison, ont permis de remplacer la bougie si dangereuse dans les maisons. Elle s’est rapidement imposée avant tout en intèrieur pour l’éclairage, le chauffage, la cuisson et bien entendu pour tous nos appareils hi-tech modernes, jusqu’à aller se nicher dans des utilisations originales comme les gants ou blousons chauffants. En termes de transport, si les trains dont le TGV ont montré la puissance et la performance que la fée électricité pouvait propulser, ce n’est que récemment que de nouvelles évolutions ont permis de créer des autos électriques performantes, confortables et moins polluantes tandis que la mobilité locale s’est également engagée sur la voie de l’électrique avec les vélos, trotinettes et autres engins motorisés.

Une énergie complexe à stocker

Si l’électricité est bien gérée et connue depuis de nombreuses années, c’est son stockage qui a toujours posé des problèmes. En effet, la production grâce à des barrages, des centrales marée motrices ou encore avec des centrales nucléaires permettent de fournir une énergie instantanée pratique et que l’on sait désormais bien transporter. Mais c’est la capacité de stockage qui a longtemps limité les progrès dans le domaine des transports. Ce n’est qu’avec l’avènement de batteries rechargeables utilisant des composés tels que le lithium, le cadmium et autres composants que l’on a réussi à transformer l’énergie électrique en énergie chimique par un procédé réversible : c’est la charge et la décharge de la batterie. En jouant sur la taille, la capacité et en progresssant sur le poids et le voume nécessaire à ce stockage, il est devenu possible d’embarquer de véritables piles électriques performantes dans nos appareils du quotidien : smartphones, appareils photos, drones et désormais sur des engins et véhicules mobiles, comme source d’énergie permettant des déplacements sur de grandes distances.

Les autos électriques : révolution en cours !

La révolution est en train de se dérouler sous nos yeux, avec la sortie de très nombreux modèles d’autos électriques. Le fer de lance de cette rupture est clairement le constructeur californien Tesla. Depuis plusieurs années, il a su embarquer plusieurs centaines de kilos de batteries dans le chassis de ses modèles de voitures, et les associer à des moteurs toujours plus performants, pour offrir des autonomies de plusieurs centaines de kilomètres. Les Tesla disposent en plus d’un réseau de recharge à la fois rapide et très fortement maillé, quant aux accessoires de recharge et pour optimiser sa voiture, ils sont nombreux !

Ouvrant la voie, il devenait possible d’envisager de remplacer le traditionnel moteur à combustion par un système de propulsion sans émission de particules immédiates, silencieux, disponible pour de grands trajets et confortable à l’usage. La recharge se passe en grande partie à la maison, mais lors des grands trajets, pas d’inquiétude quant à l’autonomie : la révolution pouvait alors débuter, les autres constructeurs sont désormais lancés et rivalisent de nouveaux modèles. Imaginer un monde ou les voitures électriques deviennent majoritaires n’est désormais plus une utopie mais un futur envisagé par de nombreux états soucieux de réduire la pollution.

Les vélos électriques et autres engins de mobilité urbaine

Mais en parallèle de la révolution automobile à laquelle on assiste, les progrès en termes de moteur et de miniaturisation des batteries à puissance constante ont aussi offert un autre progrès pour la mobilité, cette fois-ci plus locale, à l’intèrieur des villes. Ainsi, le vélo électrique a progressé régulièrement pour devenir un moyen de déplacement doux et pratique jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres. Avantage évident : la fatigue réduite, la possibilité de rouler à près de 20 km/h sans arriver humide de transpiration à son travail, la distanceofferte, e tout avec une batterie devenue facile à manipuler pour la brancher et la recharger chez soi En parallèle, loin des premiers segway lourds, chers et encombrants, d’autres appareils plus légers sont apparus :

  • les trotinettes électriques,
  • les mono-roues,
  • les gyropodes
  • le skate board électrique

Ils ont peu à peu envahi les routes et pistes cyclables, permettant de réduire la circulation en bouclant le « dernier kilomètres » pour rejoindre son travail. C’est le complément parfait à l’automobile électrique pour un monde plus électrique que jamais, une révolution en marche !

Laisser un commentaire