Insuffisance des notes de réparabilité des iPhones

Les scores publiés par Apple, concernant l’indice de réparabilité des iPhones se révèlent bien inférieur à ceux des smartphones de la concurrence.

Cet indice de réparabilité, compris entre 1 et 10, donne une idée du degré de facilité de la réparation d’un appareil électronique par des techniciens autres que ceux de la marque d’origine. Cet indice est appliqué depuis début janvier en France. Il se matérialise grâce à une étiquette placée sous les appareils, que ce soient des smartphones, des écrans TV, des ordinateurs, des frigos ou des lave-vaisselles. On les retrouve aussi bien dans les magasins que sur les sites des commerçants.

Publiées à la fin février, les indices de réparabilité des appareils Apple font partie des derniers à être connus parmi les grands fabricants. En effet, leur publication survient après presque deux mois suivant l’annonce officielle de l’indice de réparabilité. Et les résultats déçoivent fortement avec une note de 6/10 pour les quatre derniers modèles de l’iPhone 12 sortis en octobre 2020. On peut donner en exemple, un modèle concurrent d’une gamme équivalente comme le Samsung S21 qui lui présente un indice de 8/10.

    1. Des résultats en dessous de la moyenne

D’autres modèles Apple obtiennent des notes légèrement plus hautes que celle de l’iPhone 12, comme avec le 6,2/10 de l’iPhone SE. Ces appareils Apple décrochent tout juste une étiquette verte, en magasin, alors qu’une note légèrement plus basse de 5,9/10 aurait signifié avoir une étiquette jaune. C’est d’ailleurs le cas pour des modèles plus anciens encore présents dans le catalogue Apple :

  • l’iPhone 11 avec 4,6/10
  • l’iPhone XR avec 4,5/10.

Suite à une étude détaillée, nous avons pu constater que ces notes font partie des scores les plus bas des smartphones, qu’importe la marque concernée. Nous avons effectué notre recherche sur différents sites de constructeurs, de sites commerçants ainsi que sur Indicereparabilité.fr.

Ces résultats non satisfaisants concernant les iPhones sont plutôt difficiles à expliquer. En effet, ce sont les fabricants qui procèdent en interne les calculs pour déterminer l’indice de réparabilité de leurs appareils. Ils n’ont pas d’obligation à publier ouvertement la grille de calcul appliquée, mais uniquement un simple résumé qui ne permet pas d’interpréter clairement les détails de la démarche.

Dans tous les cas, les résultats annoncés pour les iPhones les situent en dessous de la moyenne calculée de 6,8/10 pour l’indice de réparabilité. En effet, celle-ci a été calculée par le site dédié au sujet, sur un échantillon rassemblant une centaine de smartphones.

    1. Certains réparateurs possèdent les pièces nécessaires

La libéralisation des pièces détachées pour les iPhones impliquerait déjà une amélioration de l’indice de réparabilité des appareils Apple. C’est d’ailleurs la démarche qu’a suivie Samsung pour certains de ses modèles avec des pièces détachées comme l’écran, la batterie ou le capteur photo. Ce fabricant coréen est d’ailleurs en plein développement de son site marchand pour mettre en vente des pièces détachées à destination des particuliers, mais aussi de petits réparateurs ne faisant pas partie de grandes enseignes de la réparation de téléphone, ou aux associations citoyennes qui procèdent également aux réparations de smartphones.

Apple, quant à lui, a opter pour une autre stratégie en gardant le contrôle sur les réparations faites sur les appareils de leurs clients, pour s’assurer du niveau de qualité. La délicatesse de certaines réparations, comme celle du système de reconnaissance faciale Face ID, nécessite une dextérité spécifique à des techniciens formés et spécialisés.

Toutefois, des autorisations à des réparateurs indépendants sélectionnés et leurs techniques vérifiées, ont été délivrées par Apple à la fin de l’année 2020. Ce privilège était jusqu’à présent réservé à un cercle restreint de centres de service agréés. C’est le cas du réseau d’enseignes Save qui compte proposer ces services de réparation d’ici la fin de l’année 2021 dans 150 boutiques. Aspect positif de cette décision, cela permettra d’éviter à certains clients de devoir effectuer de longs trajets pour parvenir jusqu’à un réparateur disposant des pièces du fabricant.

D’autres marques ont également mis en place un processus qui leur a permis de gonfler les résultats de l’indice de réparabilité, ce qu’aurait également pu faire Apple. En effet, les fabricants Samsung, Oppo ou Xiaomi, ont élaboré des notices d’utilisation pour leurs appareils accompagnées de guides de remplacement des pièces essentielles à l’aide d’un certain nombre de photos. Il aurait été également possible à Apple de baisser le coût des différentes pièces détachées, qui reste plus élevé que celui des pièces de Samsung.

La balle est donc dans le camp d’Apple, qui peut espérer remporter la prochaine manche face à Samsung. En effet, début de l’année 2024, un « indice de durabilité » sera annoncé par l’Etat français, qui viendra compléter l’indice de réparabilité existant pour les appareils électroniques. De ce côté, Apple a des arguments dans sa manche puisqu’au contraire de ses concurrents, la marque fait bénéficier à ses clients iPhone de cinq années de mises à jour logicielles.

Laisser un commentaire