Anticrénelage : principe et différentes méthodes

Pour entamer l’article sur ce thème, nous allons commencer par définir ce mot. Le préfixe « anti » veut dire « neutraliser ». Quant au crénelage, il fait allusion à l’effet de brisures constaté sur des courbes ou des lignes diagonales. C’est un phénomène qui apparait lorsqu’on affiche certaines images dans certaines résolutions. Ainsi, le mot anticrénelage consiste à neutraliser ou à réduire les lignes brisées.

Dans quel cas l’anticrénelage est-il nécessaire ?

Toute image numérique est composée de pixels. Une fois que cette image est redimensionnée, le bord des formes ayant un angle propre, prends la forme d’un escalier : c’est l’aliasing ou le crénelage. Pour faire disparaitre cet effet visuel déplaisant, on utilise l’antialiasing ou l’anticrénelage. Cette dernière peut se faire de façon matérielle ou logicielle.

Les différentes méthodes utilisées pour effectuer l’anticrénelage

Méthode matérielle

Cette méthode est utilisée dans les caméras vidéos numériques et dans les appareils photographiques numériques. Le capteur photosensible est complètement couvert par un filtre antialiasing multifonction. Cette dernière a pour objectif notamment de rendre lisses les pixels présentant des fréquences spatiales élevées laissant intactes les zones épaisses et peu détaillées.

L’effet de l’anticrénelage est similaire à celui de la diffraction lorsque son amplitude est très faible. Par contre, lorsque son amplitude est forte et associé à d’autres limitations, s’il diminue réellement les autres défauts des images et les artefacts, il entraine un léger flou sur les images. Mais cela peut être corrigé par la méthode logicielle.

Méthode numérique

Cette méthode consiste à graduer la couleur des pixels au niveau des limites entre les 2 zones de contraste et de couleur différente. Une fois qu’il est fait, la limite entre les deux zones aura l’air un peu floue, mais par contre ne va plus présenter cet aspect d’escalier. Bon nombre de cartes graphiques procèdent à l’antialiasing en utilisant la méthode logicielle permettant ainsi à l’application d’être plus rapide. Cependant, l’application de cette option prend trop de mémoire vidéo et à tendance à faire chuter de manière notable les performances des programmes l’employant.

Il existe plusieurs algorithmes d’antialiasing : il s’agit notamment :

  • De l’oversampling : en ce qui concerne ce dernier algorithme, c’est une méthode qui est simple, mais elle est ; en performance. Il s’agit de calculer une image plusieurs fois (2 à 4 fois) plus grande que la résolution souhaitée et ensuite de réduire l’image jusqu’à cette dernière.
  • Quant au second algorithme qui est le multisampling, ce dernier est une méthode complexe pour éliminer l’aliasing. Cependant, elle n’est pas couteuse en performance contrairement à l’oversampling. Cette méthode consiste à repérer les arrêtés des polygones dans l’image finale et par la suite d’appliquer entre les pixels adjacents qui ne proviennent pas du même polygone. Le souci avec cette méthode est qu’elle ne lisse pas les textures comportant une couche alpha.

Laisser un commentaire